HomeParti    Jeunesse    politique    Economie    droits de l'Homme    Nouvelles    politique internationale    Mouvement des travailleurs    mouvement des femmes    culture et l'art   

M. Nétanyahou attaque la presse après des fuites sur d'éventuelles frappes contre l'Iran

| 05.11.11 | 14h08 • Mis à jour le 05.11.11 | 20h02

Et maintenant, la théorie du complot ! Après un étonnant silence de plus de cinq jours, pendant lesquels la plupart des ministres israéliens ont fait chorus dans le débat très public sur l'opportunité ou non, pour Israël, d'envisager des frappes militaires contre les installations nucléaires iraniennes, le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a demandé au Shin Bet, le service de renseignement intérieur, de diligenter une enquête sur l'origine des fuites concernant une discussion censée rester confinée au cénacle du cabinet restreint.
Haro donc sur la presse, coupable d'avoir rendu compte des états d'âme de ministres qui se sont notamment exprimés... à la Knesset, le Parlement israélien ! Mais comme les médias peuvent rendre des services, c'est par le biais du quotidien koweïtien Al-Jarida que le gouvernement israélien a choisi de faire part de la saisie du Shin Bet et de ses soupçons. Le bureau du premier ministre n'a ni confirmé ni démenti les informations d'Al-Jarida, un journal très souvent utilisé par l'exécutif israélien pour distiller informations, rumeurs et ballons d'essai.



DÉSIR DE REVANCHE

Que dit Al-Jarida ? Que ces fuites sont la manifestation du désir de revanche des anciens chefs du Mossad (renseignement extérieur) et du Shin Bet Meir Dagan et Youval Diskin, le premier n'ayant pas apprécié de ne pas être renouvelé dans ses fonctions, et le second de ne pas lui avoir succédé. Les deux hommes auraient "recruté" des journalistes pour nuire au premier ministre et au ministre de la défense, Ehoud Barak, et torpiller l'intention prêtée aux deux hommes de pousser les feux en faveur d'une intervention militaire contre l'Iran.

Mais Meir Dagan est du genre combatif : "Je suis un criminel qui viole les règles de sécurité ? Qu'ils me jugent donc ! Ceux qui ont poussé la question iranienne au centre de l'actualité, ce sont le premier ministre et le ministre de la défense", a ajouté l'ancien patron du Mossad. Dans cette ambiance de règlement de comptes, Moshé Yaalon, le ministre des affaires stratégiques, a dénoncé le comportement " cynique et irresponsable" de son collègue de la défense, par ailleurs soupçonné d'exagérer à dessein les menaces contre Israël pour obtenir des rallonges financières pour son ministère.

La plupart des éditorialistes de la presse israélienne dénoncent l'hypocrisie du gouvernement, qui, n'ayant pas fait usage de la censure militaire (une pratique pourtant courante sur des sujets sensibles), a laissé le débat prendre de l'ampleur, avant de désigner un bouc émissaire : la presse.

Que la tentation de frappes préventives contre l'Iran existe en Israël, nul ne peut en douter. La preuve : le débat s'est transporté, vendredi 4 novembre, de Jérusalem à... Cannes. Lors du sommet du G20, Nicolas Sarkozy s'est refusé à envisager une hypothèse guerrière, insistant au contraire sur la nécessité de multiplier les sanctions contre Téhéran. Le ton se voulait apaisant, mais non dénué d'une menace à peine voilée : "Si Israël était menacé dans son existence, la France ne resterait pas les bras croisés", a souligné le président français.

Laurent Zecchini (Jérusalem, correspondant)

Le président israélien Shimon Peres a indiqué, samedi, qu'une attaque était "de plus en plus vraisemblable" contre l'Iran.

[h2 "Les services de renseignements des divers pays qui surveillent (l'Iran) s'inquiètent et pressent leurs dirigeants d'avertir que l'Iran est prêt à obtenir l'arme atomique", a affirmé M. Peres à la seconde chaîne privée de la télévision israélienne. "Il faut se tourner vers ces pays pour qu'ils remplissent leurs engagements (...) Ce qui doit être fait, et il y a une longue liste d'options", a-t-il encore dit. M. Peres a tenu ces propos alors que l'AIEA doit publier le 8 novembre un rapport sur le programme nucléaire de l'Iran, que les experts israéliens jugent "alarmant".
DÉSTABILISATION DE LA RÉGION, SELON ALAIN JUPPÉ



Une telle intervention serait "totalement déstabilisatrice" pour la région, a estimé dimanche le ministre des affaires étrangères français, qui juge nécessaire de durcir les sanctions. "On peut encore les durcir pour faire pression sur l'Iran et nous allons continuer dans cette voie", a déclaré Alain Juppé sur Europe 1 et iTélé. "Une intervention militaire pourrait créer une situation totalement déstabilisatrice dans la région, il faut tout faire pour éviter l'irréparable", a-t-il souligné. "Je souhaite que nous n'en arrivions pas là", a ajouté le chef de la diplomatie française.

Selon le quotidien israélien Haaretz, le rapport de l'AIEA aura "une influence décisive" sur le gouvernement israélien. Selon Haaretz, la majorité des 15 membres du cabinet israélien de sécurité est pour l'heure opposée à une attaque contre l'Iran. Seule cette instance peut arrêter une décision aussi grave.

ACCORD AMÉRICAIN NÉCESSAIRE

Nombre de responsables israéliens soulignent qu'Israël n'est pas en mesure de lancer une telle opération sans la coordonner préalablement avec les Etats-Unis et sans le feu vert de ces derniers. Haaretz indique dimanche que lors de la dernière visite en Israël le 3 octobre du secrétaire d'Etat américain à la défense Leon Panetta, MM. Netanyahu et Barak s'étaient contentés de répondre "en termes vagues" lorsque ce dernier leur a demandé de s'engager à coordonner avec Washington toute action contre l'Iran.

L'hypothèse d'une frappe préventive d'Israël contre les installations nucléaires de l'Iran a repris corps ces derniers jours, à la faveur de fuites organisées vers les médias d'un débat qui divise les membres du cabinet de M. Benyamin Nétanyahou. L'opinion israélienne est divisée pratiquement à égalité entre partisans (41 %) et opposants (39 %) d'une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, selon un sondage.

TÉHÉRAN DÉMENT

"La propagande [occidentale] commence à dire que le prochain rapport de l'AIEA va présenter des documents sur une activité de l'Iran en matière de missiles, mais l'agence l'a déjà dit auparavant en présentant de tels documents et nous y avons répondu", a déclaré le ministre des affaires étrangères iranien Ali Akbar Salehi selon l'agence Isna. "Nous estimons que ces documents sont des faux et nous avons répété qu'ils sont sans fondement", a ajouté le ministre qui s'exprimait en marge d'une rencontre samedi avec son homologue du Burundi. "Mais si (l'AIEA) persiste à vouloir les utiliser, nous sommes prêts à y faire face une fois pour toutes", a ajouté M. Salehi.]

Les Israéliens divisés sur une éventuelle attaque contre l'Iran

LEMONDE.FR avec AFP | 03.11.11 | 08h51 • Mis à jour le 03.11.11 | 08h52


Les Israéliens sont divisés pratiquement à égalité entre partisans et opposants à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes, une question qui fait l'objet d'un débat quasi public au sein des instances dirigeantes, selon un sondage publié jeudi 3 novembre. Quelque 41 % des personnes interrogées sont favorables à une attaque contre l'Iran, 39 % sont opposés et 20 % ne se prononcent pas.
Cependant, 52 % des personnes interrogées affirment faire confiance au chef du gouvernement Benyamin Nétanyahou et au ministre de la défense, Ehoud Barak, tous deux farouches partisans d'une attaque, pour gérer le dossier iranien.



Ce sondage a été réalisé par l'institut Dialog pour le compte du quotidien Haaretz auprès de 495 personnes représentatives de la population israélienne, avec une marge d'erreur de 4,6 %.

Au sein du gouvernement israélien, partisans et opposants à une attaque contre les installations nucléaires iraniennes s'opposent depuis plusieurs jours via des fuites organisées dans les médias. Ce débat public oppose le chef du gouvernement, Benyamin Nétanyahou – associé au ministre de la défense, Ehoud Barak, et au chef de la diplomatie, Avigdor Lieberman, qui prônent "l'option militaire" –, au reste du cabinet et aux responsables des agences de sécurité, qui privilégient les sanctions économiques pour faire pression sur Téhéran.

Les dirigeants israéliens attendent le rapport de l'Agence internationale pour l'énergie atomique (AIEA) sur le programme nucléaire iranien, qui doit être rendu public le 8 novembre et qui aura "une influence décisive" sur le gouvernement, estime Haaretz.
M. Lieberman a espéré que ce rapport prouverait "au-delà de tout doute" les objectifs militaires du programme nucléaire iranien. De son côté, le quotidien britannique The Guardian, citant jeudi une source au ministère de la défense, rapporte que Washington pourrait accélérer la planification d'une frappe contre l'Iran – et demander pour cela l'aide des militaires britanniques –, le rapport de l'AIEA pouvant "changer la donne".

L'Iran a déjà averti qu'il "punirait" Israël en cas d'attaque. "Les Etats-Unis savent que toute attaque du régime sioniste contre l'Iran produira de sérieux dommages non seulement contre ce régime mais aussi contre les Etats-Unis", a déclaré le chef d'état-major iranien, cité mercredi par l'agence de presse Fars. Le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney s'est refusé mercredi à commenter "ce genre de spéculations".

zurück

letzte Änderungen: 15.4.2016 9:31